logo defyhatenow cameroon cameroun
Search

Fête de la Jeunesse 2024 : Engager la jeunesse camerounaise dans les processus de paix et le plaidoyer !

Pour marquer les célébrations de cette année, #defyhatenow organise des activités dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, ainsi que dans les trois régions septentrionales du Cameroun.

La jeunesse camerounaise célèbre aujourd’hui la 58e Journée de la jeunesse 2024, habituellement marquée par une série d’activités socioculturelles et économiques dans tout le pays. Le jour J, c’est-à-dire le 11 février, un défilé civil avec des enfants d’âge scolaire, des universités, des groupes socioculturels et politiques a lieu dans les 360 arrondissements, 58 départements et 10 régions du pays. Un autre fait marquant de fête de la jeunesse est le traditionnel message du chef de l’État à la jeunesse, diffusé simultanément et en direct à la radio et à la télévision nationale.

Cette année, comme par le passé, #defyhatenow, par le biais de son organisation de mise en œuvre, Civic Watch, engage les jeunes leaders communautaires dans plusieurs régions du pays sur des questions liées aux défis actuels auxquels le pays est confronté. En tête de liste figure le discours de haine, un fléau social qui menace les valeurs et les tissus fondamentaux sur lesquels notre nation est bâtie. Du Sud-Ouest au Nord-Ouest, du Centre au Nord du pays, les actions de construction de la paix qui se déroulent dans ces régions visent à renforcer les capacités des jeunes défenseurs de la paix, à sensibiliser et à éduquer la masse sur les dangers des discours de haine et de la violence qui en résulte pour la société dans son ensemble. C’est ainsi que nous avons envisagé la Fête de la jeunesse 2024 :

Bamenda : Les tisserands de la paix formés et libérés pour un impact sur la communauté !

Plus de 30 tisserands de la paix au niveau communautaire se sont réunis du 1er au 3 février 2024 à Bamenda, chef-lieu de la région du Nord-Ouest, pour leur deuxième rencontre. Les membres de la Cohorte 1 sont des leaders d’associations de jeunes, des défenseurs de la paix, des leaders de groupes confessionnels et tribaux des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Pendant trois jours, des personnes ressources se sont associés à notre équipe pour partager leurs connaissances sur des sujets tels que l’identification et la lutte contre les discours haineux au niveau local, l’exploitation des médias sociaux pour la visibilité des campagnes, la collaboration avec les autorités locales pour mener des initiatives de consolidation de la paix, la détection des fausses informations et de la désinformation en ligne et la lutte contre leur propagation. À la fin de la formation, les boursiers sont censés organiser des sessions de transmission dans leurs communautés respectives pour avoir plus d’impact. Le point culminant du rassemblement a été une marche pacifique #HateFreeAbakwa depuis Custom Junction jusqu’à l’Assemblée régionale, où ils ont été reçus par une délégation ayant à sa tête le commissaire au développement économique, l’honorable Awunti Ghejung. D’autres parties prenantes, dont le président régional du Conseil national de la jeunesse du Cameroun, Rev. Mekom Samuel, les partenaires de #defyhatenow et les associations de médias, ont également répondu présent.

Yaoundé : Civic Watch et le Conseil National de la Jeunesse du Cameroun signent un protocole d’accord

Civic Watch, l’organisation hôte de l’initiative #defyhatenow au Cameroun, a signé le 9 février 2024 un protocole d’accord avec le Conseil national de la jeunesse du Cameroun (CNYC). Dans le cadre des activités menant à la célébration de la 58e Journée de la jeunesse au Cameroun, le CNYC a organisé un Forum sur le développement de la jeunesse avec des jeunes leaders de différentes régions d’Afrique. C’est également au cours de ce rassemblement solennel, en présence d’un échantillon de ministres du gouvernement, que la signature d’un protocole d’accord avec quatre institutions a eu lieu, parmi lesquelles Civic Watch, représentée par son fondateur, Ngala Desmond Ngala. L’objectif global est de mener des activités de renforcement des capacités, de sensibilisation et de mobilisation communautaire dans différentes régions du Cameroun. Grâce au plaidoyer, à l’engagement civique et au leadership des jeunes, la collaboration vise à s’attaquer aux causes profondes des discours haineux, de la violence et de l’extrémisme violent chez les jeunes. Les deux institutions entendent tirer parti de leurs prouesses communes pour encourager la croisade pour la paix dans les coins et recoins du Cameroun.

Ngaoundéré abrite une caravane “Zéro discours haineux” et un dialogue intergénérationnel

A l’occasion de la 58ème Journée de la Jeunesse, cinq organisations communautaires opérant dans la région de l’Adamaoua ont organisé une campagne de lutte contre la haine sur le thème « Mon combat : zéro discours de haine dans l’Adamaoua ! » Le 7 février 2024, l’activité a commencé par une caravane de sensibilisation, regroupant des jeunes amoureux de la paix et des sympathisants provenant de différents quartiers de Ngaoundéré. L’événement dans son ensemble visait à encourager l’esprit de cohésion sociale, de tolérance communautaire et d’intégration parmi les habitants de la région. Le Lamidat de Ngaoundéré a accueilli un dialogue intergénérationnel au cours duquel les membres de la communauté ont librement échangé des idées sur les valeurs fondamentales nécessaires pour renforcer la coexistence pacifique au sein de la population. L’échange public a également été l’occasion de réfléchir aux relations passées, d’évaluer les changements et tendances sociétaux actuels, en particulier ceux liés à la technologie, et de jeter les bases d’un développement inclusif à tous les niveaux de la société.

Garoua : La ville carrefour où convergent la paix et la tolérance

S’appuyant sur une formation de renforcement des capacités organisée l’année dernière avec des organisations communautaires des trois régions septentrionales sur l’utilisation du Guide Pratique de Lutte Contre les Discours Haineux dans les Médias Sociaux de #defyhatenow, la région septentrionale accueillera une session de restitution en février prochain. Sous la coordination de l’antenne régionale du Conseil national de la jeunesse du Cameroun – CNJC, cinq organisations initialement formées par l’équipe #defyhatenow engageront d’autres jeunes à utiliser le guide de pratique comme outil d’atténuation des conflits à Garoua. Une cinquantaine de participants, issus d’organisations de jeunes, de groupes confessionnels et tribaux, d’associations d’étudiants et d’écoles secondaires, ont été sélectionnés pour la session. Plus connu sous le nom Garoua Pour Tous, la ville carrefour des régions septentrionales prend publiquement position contre toutes les formes de haine et de violence, un message exprimé haut et fort par les jeunes.

Maroua : Les Jeunes disent non aux violences et à l’extrémisme violent

Après Ngaoundéré et Garoua, respectivement sièges de la région de l’Extrême-Nord, Maroua se fera également le champion des activités menées par les jeunes dans le cadre de #defyhatenow. Cinq organisations communautaires, porteuses de messages de paix, uniront leurs forces pour une campagne contre les discours haineux et l’extrémisme violent dans la région. Il convient de rappeler que la région a récemment au centre d’une résurgence des conflits intercommunautaires entre les groupes ethniques Musgoum et Shuwa, qui ont entraîné des pertes en vies humaines et des destructions de biens. La région frontalière, proche du Nigéria et du Tchad voisins, est également l’une des zones touchées par l’insurrection de Boho Haram qui a conduit à la radicalisation des jeunes, à des déplacements massifs et à de lourdes pertes en vies humaines. Ces organisations de jeunes se sont donc engagées à s’attaquer aux causes sous-jacentes des problèmes affectant leurs communautés en engageant leurs pairs dans ce qu’ils savent faire de mieux : La construction de la paix !

#AFFCameroon : Tournant décisif pour les factchecker en cours de formation

Alors que la poussière retombera sur les activités de la Journée de la jeunesse 2024 après le 11 février, un autre groupe de jeunes soldats négociera un virage décisif dans leur lutte contre les discours haineux et les fakenews. La cohorte 9 de notre Africa Factchecking Fellowship – #AFFCameroon se réunira à la fin du mois pour sa troisième et dernière réunion sur place. La formation trimestrielle accueille actuellement 20 boursiers, composés de journalistes, de blogueurs et de dirigeants d’organisations communautaires, qui acquièrent des connaissances sur la vérification avancée de l’information à l’aide d’outils en ligne. Alors que le Cameroun approche rapidement d’une année électorale, l’expérience passée de 2018 a révélé que les périodes pré- et post-électorales sont généralement marquées par une flambée de la désinformation, des discours haineux et des attaques principalement alimentées par des différences tribales et/ou politiques. Par conséquent, #AFFCameroon est la contribution de #defyhatenow pour assurer des espaces numériques sécurisés, promouvoir un discours public sain et un engagement civique orienté vers le développement durable du Cameroun en tant que nation. Nos boursiers sont formés pour cartographier les tendances virales, contrer la propagation de fausses informations et organiser des sessions éducatives communautaires. C’est donc pour cette raison que nous misons sur les jeunes d’aujourd’hui, qui sont les leaders de demain !

Thème de la Fête de la jeunesse 2024:

« Jeunesse, import substitution et patriotisme économique pour le progrès du Cameroun »

#defyhatenow

#AgirPourLaPaix

#UnCamerounSansHaine

share post on social media...

Facebook
Twitter
LinkedIn
Telegram
Email
WhatsApp